La FEB a demandé à ses fédérations membres comment elles voient évoluer leur secteur à l’horizon 2030. Christophe Hautier, CEO d’ORI, l’organisation sectorielle nationale des bureaux d’ingénierie et de conseil, se projette dans l’avenir.

Éléments
Image
Christophe Hautier
Description
©ORI asbl
Type
As List
Quote

La collaboration cognitive entre l’homme et le robot sera la norme en 2030 dans toutes les méthodologies et les techniques de management.

Auteur
CHRISTOPHE HAUTIER, CEO ORI
Texte

Le secteur des bureaux d’ingénierie et de conseil est actif dans des projets d’infrastructure et de construction, mais aussi dans la mobilité, l’économie circulaire, le climat et l’énergie. Cela signifie qu’en 2020, il se caractérise par un certain nombre d’évolutions complexes, mais aussi extrêmement passionnantes et intéressantes. En effet, les bureaux d’ingénierie et de conseil sont confrontés à des défis dont l’impact dépasse le domaine spécifique. C’est le cas par exemple des défis climatiques et de la transition énergétique qui impliquent l’ensemble de la société. En bref, la manière dont Christophe Hautier perçoit son secteur à l’horizon 2030 dépend dans une large mesure de la perception des tendances futures et de la mise en œuvre des technologies innovantes dans les services. 

Éléments
Image
Gebouw met een groene muur
Description
©belga
Type
As List
Texte

Les défis du changement climatique

Les bureaux d’ingénierie et de conseil joueront en 2030 un rôle important dans les différents débats de société sur les défis du changement climatique. Grâce à une expertise internationalement reconnue dans différents domaines, notre secteur sera l’intermédiaire indépendant entre la société et la politique. Des thèmes tels que la transition énergétique et industrielle, la planification urbaine adaptative, la gestion de la mobilité durable, la construction et la vie circulaires déterminent déjà notre mode de vie et continueront à le faire à l’avenir. 


Connectivité numérique et collaboration

La collaboration est indispensable dans l’ère numérique actuelle. Elle prendra de plus en plus d’importance dans les prochaines années et entraînera une amélioration des outils existants et le développement de nouvelles techniques et technologies. Celles-ci seront toutes sous le signe des big data et de la communication entre tous les acteurs du processus, hommes et robots. La collaboration cognitive sera la norme en 2030 dans toutes les méthodologies et les techniques de management et elle déterminera largement l’avenir de notre secteur.


Réalité virtuelle et réalité augmentée

En 2030, la réalité virtuelle et la réalité augmentée seront indissociablement liées à la manière dont les bureaux d’ingénierie et de conseil réaliseront des projets dans leur intégralité. La réalité virtuelle fournit une simulation de la réalité dans laquelle nous sommes capables de nous déplacer dans un monde photographique réaliste et d’interagir avec des objets. La réalité augmentée, quant à elle, est un mélange du monde réel qui nous entoure et de matériel généré par ordinateur, dans le but d’ajouter des informations supplémentaires à l’environnement existant. 

La réalité virtuelle et la réalité augmentée joueront un rôle décisif dans la transformation des tâches des ingénieurs et des architectes. Actuellement, nous sommes encore dans la phase initiale de la transition, mais en 2030 l’intégration des deux technologies déterminera largement l’exécution des projets et modifiera la communication entre le donneur d’ordre et l’exécutant (‘data sharing’, visites en temps réel, ‘Digital Twin’, etc.). 

Éléments
Image
Beton imprimé au moyen d'une imprimante 3D
Description
©belga
Type
As List
Texte

Impression en 3D et robotique

En 2030, l’impression en 3D sera une technique très répandue. Grâce à la grande variété de matériaux et au coût de production plus faible, la technique sera accessible aux PME et aux particuliers. Aujourd’hui déjà, des projets pilotes montrent la puissance de l’impression sur béton et la révolution qu’elle peut apporter dans le secteur de la construction. Le gain de temps généré par l’impression en 3D, combiné au développement exponentiel de la robotique, déterminera la norme pour les prochaines années. 


Infrastructure intelligente

L’évolution dans notre secteur en particulier et le secteur de la construction en général aura un impact sur la manière dont la société utilisera l’énergie. Nos besoins énergétiques seront redéfinis d’ici à 2030, notamment grâce aux bâtiments, villes et infrastructures intelligents et à la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Les bureaux d’ingénierie et de conseil se spécialiseront dans une approche holistique pour mettre en œuvre les projets du futur de manière durable et efficace sur le plan énergétique. 
 

La prochaine génération d’ingénieurs

Notre secteur s’engage pour promouvoir la profession d’ingénieur et assure des contacts étroits avec le monde universitaire et les jeunes talents. Aujourd’hui, la demande d’ingénieurs est supérieure à l’offre disponible. Nous espérons être en mesure d’inverser la situation du marché en 2030 grâce aux nombreux efforts des différents acteurs. Les jeunes d’aujourd’hui sont les responsables politiques, les ingénieurs, les scientifiques et les innovateurs de demain. 

Le développement durable et la technologie détermineront le secteur de la construction dans les prochaines années et les ingénieurs auront la tâche importante d’être le lien entre la politique et la société. Malgré toutes les innovations technologiques, il ne faut pas oublier que le travail d’ingénieur restera un travail de l’homme en 2030. Prendre des décisions, identifier des risques, rechercher les limites technologiques… telles sont quelques-unes des caractéristiques uniques de l’ingénieur moderne.
 


Comment les fédérations sectorielles membres voient-elles l’avenir à l’horizon 2030 ? Découvrez les grandes lignes de leurs visions (parfois surprenantes) dans notre livre ‘Entreprendre pour la prospérité. 125 ans & beyond’.

0