La FEB a demandé à ses fédérations membres comment elles voient évoluer leur secteur à l’horizon 2030. Ari Epstein, CEO du Antwerp World Diamond Centre, jette un regard sur l'avenir.

Quote

Durabilité et croissance ne sont pas incompatibles. Dans le monde d’aujourd’hui et de demain, ces deux notions sont inextricablement liées. 

Auteur
ARI EPSTEIN, CEO AWDC
Texte

Un avenir brillant

Depuis 570 ans déjà, Anvers est la capitale mondiale incontestée du diamant. Mais on ne s’invente pas leader mondial. Lorsqu’au quinzième siècle, Anvers est devenue la capitale commerciale de l’Europe occidentale, les premiers diamants sont arrivés via son port, généralement en provenance d’Inde. Dans cette ville commerciale trépidante du Nord, les pierres précieuses étaient non seulement vendues, mais aussi travaillées et le savoir-faire des tailleurs anversois s’est rapidement imposé. Poussée par la stabilité économique, politique et financière du Siècle d’or, la ville d’Anvers est devenue le plus important centre commercial du diamant. 

Lorsque la majorité des négociants et tailleurs de diamants anversois ont fui à Amsterdam pendant la Guerre de quatre-vingts ans, le vent a tourné et la ville a dû se réinventer. Ceux qui restaient ont dû se contenter de diamants nettement plus petits et moins précieux et ont fait de nécessité vertu. Les techniques de taille ont été optimalisées et la maîtrise anversoise affinée. Cela fait donc longtemps que nous innovons et transformons des crises en opportunités.

Éléments
Image
Homme avec une carte virtuelle du monde
Description
©shutterstock
Type
As List
Quote

L’accès aux services bancaires et un financement solide sont cruciaux pour le secteur du diamant 

Auteur
ARI EPSTEIN, CEO AWDC
Texte

Un avenir empreint de combativité

Le savoir-faire est un must, car nous ne sommes pas seuls. Pour conserver notre position de leader, nous avons avant tout besoin d’un climat politique, fiscal, financier et social stable. Avec 5% des exportations totales de la Belgique et 15% des exportations extracommunautaires de la Belgique, le diamant est l’un des principaux produits d’exportation belges. C’est pourquoi nous souhaitons que notre poids légendaire dans cette balance se traduise par une politique économique pertinente, tant au niveau national qu’international. Un libre-échange ouvert, transparent et sans entraves est indispensable pour continuer à attirer la masse critique nécessaire d’acheteurs, de vendeurs et de diamants bruts. 

Grâce à la marge bénéficiaire brute forfaitaire dans le régime diamantaire et à la sécurité qu’offre ce système, nous parvenons à faire face à la concurrence fiscale d’autres plaques tournantes du diamant. Un autre atout est le caractère multiculturel et accueillant de notre pays. En revanche, notre point faible est le cadre financier dans lequel nous opérons, surtout en comparaison avec nos concurrents directs. L’accès aux services bancaires et un financement solide sont cruciaux pour notre secteur. Ces dernières années, la tendance globale de limitation des risques a fortement limité l’offre de services financiers auprès de banques classiques et il s’agit alors en général de banques étrangères. Même si des formes alternatives de financement et de services de paiement seront déterminantes à l’avenir, un ancrage solide avec des banques (belges) reste indispensable pour un tissu économique belge performant en croissance.

Texte

Un commerce du diamant durable …

Une vision adéquate de l’avenir va plus loin qu’un climat économique optimal. Veiller à et conserver l’intégrité de la chaîne de valeur et de notre produit à l’égard de toutes les parties prenantes n’est pas une option, mais une nécessité absolue dans notre businessmodel. Je vais même plus loin en affirmant que durabilité et croissance ne sont pas incompatibles. Dans le monde d’aujourd’hui et de demain, ces deux notions sont inextricablement liées.

Ce n’est pas un hasard si Anvers joue résolument, depuis quelques années, la carte d’une politique durable et transparente. La durabilité est une notion qui s’étend de l’identification et la prévention des risques – liés par exemple aux droits de l‘homme, aux conditions de travail, à la corruption et aux pratiques de blanchiment – à l’adaptation au besoin des consommateurs de connaître l’origine de leur produit et la manière dont il a été produit. 

Aujourd’hui déjà, le secteur du diamant est le secteur le plus régulé et le diamant le produit le plus contrôlé dans notre pays. C’est notre volonté de placer et de garder la barre haut. Cela implique que notre secteur doit plus que jamais investir dans des outils permettant aux entreprises d’atteindre les objectifs de durabilité. Non seulement les grandes entreprises, qui disposent généralement de suffisamment de moyens et de personnel, mais aussi les nombreuses PME que compte notre secteur. Par ailleurs, notre impact dépasse les frontières du pays et nous soutenons des projets de formation et développons nos capacités. Car une chose est sûre, on ne peut pas bâtir un monde durable seul. 

Éléments
Image
Image d'un spectromètre
Description
©shutterstock
Type
As List
Texte

… misant sur l’innovation

Le sens de l’innovation est ancré dans les gènes d’Anvers comme capitale mondiale du diamant. Ce n’est pas un hasard si c’est à Anvers qu’a été inventée, il y a un siècle, la formule mathématique établissant avec précision l’éclat optimal du diamant. Ce diamant rond est la forme la plus iconique au monde et probablement l’invention belge qui a remporté le plus de succès. 

Aujourd’hui, nous continuons à jouer notre rôle de pionnier. Anvers jouit d’une avance concurrentielle grâce à ses innovations technologiques (comme une machine automatique révolutionnaire pour la taille de diamants), ses appareils ultramodernes (permettant de distinguer le diamant naturel du synthétique) et ses technologies de pointe rendant le travail du diamant plus rapide et plus précis. Les domaines des e-services, des solutions fintech, des plates-formes de vente numériques et des mécanismes de traçage offrent aussi d’innombrables opportunités au secteur du diamant. Il est essentiel, pour l’avenir d’Anvers comme centre mondial du diamant, de pouvoir continuer à investir dans la recherche et le développement. Parallèlement, nos entreprises doivent devenir plus flexibles et résilientes dans un monde en évolution constante. L’avenir a tout pour faire briller notre secteur !

 

Comment les fédérations sectorielles membres voient-elles l’avenir à l’horizon 2030 ? Découvrez les grandes lignes de leurs visions (parfois surprenantes) dans notre livre ‘Entreprendre pour la prospérité. 125 ans & beyond’.

0